French (Fr)English (United Kingdom)
Etes-vous-donc ?

En bref



Sur scène, 10 à 16 personnes, dont on sait qu'ils ne sont pas danseurs, et des tapis avec des marques sans cohérence visible.
Le groupe suit des marques. Peu à peu il s'ordonne en suivant des parcours. C'est difficile parfois, on le voit sur l'écran vidéo qui montre des visages, qui met en exergue des croisements, des frôlements : les non danseurs jouent, concentrés. Les règles du jeu sont parfois claires, parfois difficiles à discerner.
Que représentent-ils ? Moutons de panurge ou personnalités propres ? Par quelles forces sont-ils régis ?
Deux autres personnes évoluent dans le collectif, manipulent des tapis, se connectent ou se déconnectent au groupe ; ces deux là sont danseurs.
Puis les déplacements font place à des gestes : le groupe se montre attentif. L'écriture chorégraphique leur propose de nombreuses situations, mine de rien.
On les imagine en attente, spectateurs, danseurs, au travail ou oisifs, manifestant ou s'amusant. Mine de rien encore, les individualités s'effacent pour faire corps, chorale.
 



En détail



A l'origine de la pièce
« Etes-vous donc le seul spectateur de vos chorégraphies ? » est une question qui a souvent été posée à David Rolland. En effet, depuis juin 2004, David Rolland écrit des carnets
qu'il distribue au public venu participer à ses spectacles. Ainsi, les pièces Les lecteurs et C'est bien d'être ailleurs aussi ont invité tous les spectateurs présents à prendre à bras le corps l'expérience d'être danseur en suivant les indications des carnets/modes d'emploi.

Les chorégraphies collectives organisées par le chorégraphe ont toujours été conçues pour être des moments à vivre physiquement à l'intérieur du groupe et non à regarder.
Cependant, David Rolland s'est souvent placé en tant qu'observateur extérieur de ses chorégraphies et les images créées par le groupe en mouvement ont soulevé plusieurs questions :

- Que peut représenter aujourd'hui l'idée de regroupement?
- Où en est-on avec la singularité ?
- Qu'est-ce qu'une action collective ?
- Comment la danse collective, qui a pu rassembler socialement autrefois, existe-t-elle au XXIème siècle ?

Avec êtes-vous donc ?, David Rolland revient à une diffusion dans un cadre frontal classique. Mais en conviant dans un même espace scénique danseurs professionnels et non-danseurs,
il brouille à nouveau les pistes. C'est comme si une partie du public devenait acteur. Les volontaires prennent pour un instant la figure du danseur pour mettre en exergue une réflexion
sur le corps dansant.
Ainsi, êtes-vous donc ? continue de nourrir sa principale préoccupation artistique : donner à voir des corps du quotidien traversés par la danse.


Mettre en mouvement

Afin de diriger les non-danseurs, un des enjeux de êtes-vous donc ? a été de construire des moteurs chorégraphiques qui permettent de faire naître la danse et de produire
différentes images du groupe. Les non-danseurs suivent une partition très précise. Ils sont guidés tout au long de la représentation par des indications spatiales, sonores
et visuelles.
La partition des deux danseurs vient en contrepoint de la danse du groupe pour créer des individualités fortes. Charge à eux d'improviser, de se glisser dans les interstices
du groupe, afin de « déranger » les mouvements d'ensemble. Une des idées de cette pièce est de créer des hasards heureux, ou comment, la danse des deux interprètes vient compléter,
terminer, répondre aux mouvements du collectif.





Les tapis chorégraphiques

Les tapis chorégraphiques constituent la pierre angulaire de êtes-vous donc ?.
Ils ont été modélisés puis mis à rude épreuve afin de fournir des repères spatiaux précis sur scène.
Des parcours chorégraphiques ont d’abord été imaginés en volume par le chorégraphe, puis dessinés sur une surface plane à l’aide d’outils informatiques puis appliqués sur des bâches
posées au sol. Ils ont ensuite été éprouvés par quantité de « testeurs » volontaires, puis ont été modifiés sans cesse par le chorégraphe avant de trouver la dernière version,
qui permet d’obtenir une fluidité de mouvement de groupe. Celle-là sera imprimée sur un tapis en tissu, déployée sur scène.


Les participants

Les 10 ou 16 participants au spectacle, que l’on appelle les « spectateurs préparés », sont recrutés par l’organisateur accueillant le spectacle.
Ils doivent constituer un groupe d’adultes ayant déjà un point commun : un même corps de métier, une même pratique sportive ou un hobby… De préférence un groupe mixte,
avec des âges divers.
Ce qui importe le plus c’est qu’ils soient clairement des non-danseurs.
Ils ne doivent donc avoir aucune pratique de la danse au préalable.

Pour participer au spectacle, ces personnes suivent une « formation » de 6 heures au cours de laquelle elles apprennent les « règles du jeu » de la pièce êtes-vous donc ?
Le chorégraphe ne fait jamais appel à leur mémoire et ne les invite pas à se lancer dans l’improvisation. Les participants sont constamment guidés par des indications qu’ils apprennent
à décoder au cours des répétitions.

 



Distribution



Conception : David Rolland ;

Interprétation : Valeria Giuga, David Rolland et 10 ou 16 « spectateurs préparés » ;

Assistante : Claire Pollet ;

Scénographie : Stéphane Pauvret ;

Création et régie lumières : Sylvie Debare ;

Création musicale et régie son : Roland Ravard ;

Programmation vidéo : Olivier Heinry.

Partenaires : Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC des Pays de la Loire (aide à la compagnie chorégraphique), Ville de Nantes, Conseil Régional des Pays de la Loire, Conseil Général de Loire-Atlantique et Ville de Saint-Herblain.

Production : association ipso facto danse ;

Co-production : L'intervalle / Noyal-sur-Vilaine, Onyx / scène conventionnée danse à Saint-Herblain, Scènes de Pays des Mauges - La Loge / Beaupreau.

En tournée


Dates HorairesVillesLieux
 Avril 2010
   
 6 avril
 20h30 Nantes Théâtre universitaire / Festival universitaire